Chronology of fraud at the Société Générale (for english, please use translator tool)

Avant l'annonce de la fraude

Mars à juillet 2007 : Constitution d'une position vendeuse de futures sur le DAX d'environ 30 milliards d'euros.

Juillet août 2007 : Débouclage des positions générant un bénéfice réel de 0,5 milliards d'euros.

Septembre novembre 2007 : Constitution d'une position vendeuse de futures sur le DAX d'environ 30 milliards d'euros.

Novembre 2007 : Débouclage des positions générant un bénéfice réel de 1 milliard d'euros. Ainsi, à fin 2007, les opérations dissimulées par Jérôme Kerviel auraient généré un bénéfice de 1,5 milliards d'euros.

2 au 18 janvier 2008 :  Constitution d'une position acheteuse sur des futures DAX DJ EUROSTOXX50 et FTSE d'environ 49 milliards d'euros (source Société Générale), 52 milliards d'euros (selon le livre Fraude à la Société Générale ? Compléments d'enquête).

19 janvier 2008 : Découverte de la fraude, mise à jour du caractère fictif d'un justificatif utilisé pour masquer une opération fictive avec la Deutsche Bank permettant de dissimuler le bénéfice réalisé fin 2007.

21 au 23 janvier 2008 : Débouclage par la Société Générale sur les marchés de futures des positions non-autorisées prises en janvier 2008 par Jérôme Kerviel, générant une perte de 6,4 milliards d'euros, qui ajoutée au bénéfice de 2007 de 1,5 milliards d'euros, aboutit à une perte globale de 4,9 milliards d'euros.

24 janvier 2008 : Annonce par la Société Générale de la perte globale de 4,9 milliards d'euros.

Après l'annonce de la fraude

25 janvier 2008 : La Société Générale porte plainte pour "faux et usage de faux en écriture bancaire".

26 janvier 2008 : Jérôme Kerviel est placé en garde à vue.

28 janvier 2008 : Mise en examen de Jérôme Kerviel pour "abus de confiance", "faux et usage de faux" et "introduction frauduleuse de données dans un système informatique" par les juges Renaud van Ruymbeke et Françoise Desset.

8 février 2008 : Jérôme Kerviel est placé en détention.

8 février 2008 : Rapport au Premier Ministre du Ministre de l'Economie et des Finances.

20 février 2008 : Publication du rapport intermédiaire du Comité Spécial du Conseil d'administration de la Société Générale.

18 mars 2008 : Jérôme Kerviel est remis en liberté.

23 mai 2008 : Publication du rapport final du Comité Spécial du Conseil d'administration de la Société Générale, du rapport de PriceWaterhouseCoopers sur les actions correctrices.

27 mai 2008 : Assemblée Générale de la Société Générale.

2 juillet 2008 : Le parquet requiert le mise en examen de l'assistant de Jérôme Kerviel,Thomas M., pour "complicité, par aide ou assistance, d'introduction frauduleuse de données dans un système informatique".

4 juillet 2008 : La Commission Bancaire inflige une amende de 4 millions d'euros à la Société Générale pour carences graves du système de contrôle interne.

5 juillet 2008 : Annonce par la presse que les magistrats auraient abandonné le chef de "faux et usage de faux".

Début 2009 : Ouverture probable du procès.

1 août 2008 : Inculpation le 1er août de Thomas Mougard pour "complicité d'introduction frauduleuse de données dans un système informatique".

3 septembre 2008 : Confrontation entre Jérôme Kerviel et son assistant Thomas Mougard dans le bureau des juges François Desset et Renaud Van Ruymbeke.

18 septembre 2008 : Audition par les juges d'instruction des commissaires aux comptes de la Société Générale, Ernst & Young et Deloitte & Touche comme témoins.

13 octobre 2008 : Confrontation prévue entre les commissaires aux comptes de la Société Générale et Jérôme Kerviel.

16 octobre 2008 : Audition prévue par les juges d'instruction de Maxime Kahn, responsable du desk "Arbitrage", qui a débouclé les positions de Jérôme Kerviel entre le 21 et le 23 janvier 2008.