Semaine 1 et 2
http://olivierfluke.canalblog.com/archives/2012/09/24/25173289.html

Accusé : Kweku Adoboli, 32 ans, dont les positions non-autorisées auraient coûté 2,3 milliards de dollars à UBS ; poursuivi pour abus de position (2) et fraudes comptables (2), risque 10 ans de prison, libre sous contrôle judiciaire depuis juin après neuf mois en prison.

Travaillait au département des ETF (Exchange Traded Funds) depuis 2006. Agissements frauduleux depuis octobre 2008. Arrêté le 15 septembre 2011.

Stratégie de défense : plaide non coupable, prétend que trois de ses collègues du desk étaient au courant de ses activités non-autorisées

Président : Mr Justice Keith
procureur : Sasha Wass, Esther Schutzer-Weissmann
avocat : Paul Garlick QC, Charles Sherrard
jury : 12 personnes
audiences : jusqu'au 16 novembre 2012

Ce ne sont pas les points de comparaison qui manquent avec l'affaire Kerviel Société Générale.

Jour d'audience par jour d'audience, le suivi qui se veut le plus complet possible à partir des publications de presse disponibles.

1) Audience du mardi 25 septembre 2012

Témoin Phil Allison, responsable des actions cash, toujours en poste. Les traders étaient encouragés à prendre davantage de risque selon le témoin, sous l'impulsion d'Oswald Gruebel, l'ancien CEO d'UBS.

L'avocat de la défense Paul Garlick QC a cité un article de The Economist de novembre 2009 dans lequel Oswald Grübel disait vouloir plus de risque sur la table.

Le procureur Wass a demandé au témoin si des instructions de haut en bas avaient été données qu'un trader pouvait éviter de couvrir ses positions. Réponse : "Never".

Le témoin a indiqué qu'il aurait souhaité que la banque ait des limites de risque clairement écrites et documentées. olivier fluke : un peu moins langue de bois dans ce procès qu'en France !

Rappel des limites de risque théoriques sous Ron Greenidge : 50 M$ intraday, 25 M$ extraday ; sous John di Bacco : 100 M$ intraday, 50 M$ extraday

Il assure que le discours de KA, lorsqu'il l'a interrogé le 14 septembre 2011 cinq minutes environ, était cohérent et logique, KA se prenant la tête dans ses mains. KA lui aurait dit qu'il avait des pertes de 1,2 MdE sur l'Eurostoxx, 500 M$ sur le S&P 500 et un gain de 200 M$ sur le DAX. Qu'il avait initialement saisi des transactions fictives de futures mais qu'en août il avait plutôt saisi des transactions fictives sur les ETFs avec des dates de règlement décalées.

Témoin John Hugues, 30 ans, ancien collègue senior de Kweku Adoboli sur le desk ETF, licencié par UBS.

Dans un chat électronique le 20 janvier 2011, KA l'aurait informé de l'existence d'un compte parapluie destiné à lisser des pertes futures. Le témoin a affirmé qu'il savait que KA pourrait être viré pour cela.

La semaine 2, les avocats de KA avaient lu des extraits de chats suggérant que John Hugues avait également encouragé KA à utiliser le compte parapluie.

John Hugues a affirmé qu'il n'a pas dénoncé son collègue car il l'avait fait en décembre 2010 auprès de John Bennie, un trader actions senior à UBS, suite à un dépassement de limites de KA, ce dernier ayant été réprimandé ; le mail avait été forwardé au supérieur de KA de l'époque, Ron Greenidge.

Les limites de risque étaient souples selon le témoin, et pas écrites avant l'arrivée de John Di Bacco au printemps de 2011. L'ancien responsable, Ronald Greenidge, se contentait de demander à la fin de la journée quelles étaient les positions de trading et si elles étaient trop risquées au vu des conditions de marché, de les diminuer.

Le témoin, questionné sur sa formation avant de trader, a affirmé qu'il ne se souvenait pas s'il avait lu les documents fournis sur la régulation bancaire.

Un procureur a lu des notes prises par Damien Byrne Hill, avocat de Herbert Smith LLP pour UBS, qui avait interrogé Adoboli. Ce dernier aurait affirmé que ses collègues du desk ETF étaient au courant des transactions fictives depuis mai 2011, bien qu'ils n'en connaissaient pas l'ampleur. KA aurait admis avoir pris des positions jusqu'à 10 milliards de dollars en août 2011 en les masquant par des opérations fictives sur les ETFs.

- Reuters, UBS trader knew of Adoboli's secret account, said nothing, par Estelle Shirbon, 25 septembre 2012
http://uk.reuters.com/article/2012/09/25/uk-ubs-trial-idUKBRE88O16Q20120925

- Bloomberg, UBS Co-Workers Knew of Fake Trades, Adoboli Told Lawyer, par Kit Chellel and Lindsay Fortado , 26 septembre 2012
http://www.bloomberg.com/news/2012-09-25/gruebel-brought-more-risk-to-ubs-equity-desk-head-says.html

- Efinancialnews, UBS equities chief recalls Adoboli had 'head in his hands', par Vivek Ahuja, 25 septembre 2012
http://www.efinancialnews.com/story/2012-09-25/kweku-adoboli-trial-philip-alison-evidence-session

- Risk.net, Adoboli's fellow trader knew about off-book profits, court hears, par Alexander Campbell, 25 septembre 2012
http://www.risk.net/operational-risk-and-regulation/news/2208112/adobolis-fellow-trader-knew-about-offbook-profits-court-hears

- Wall street Journal online Financial News, Adoboli 'Told Off' Over 2010 Trading Limit Breach, par Richard Partington, 26 septembre 2012
http://online.wsj.com/article/BT-CO-20120926-701930.html?mod=WSJ_qtnews_wsjcomp

2) Audience du jeudi 27 septembre 2012

Témoin John Hugues, 30 ans, ancien collègue senior de Kweku Adoboli sur le desk ETF, licencié par UBS, interrogé pour son deuxième jour par la défense.

Le fonds parapluie aurait été appelé Rihanna par KA et JH. Le témoin assure ne pas avoir su que le fonds servait à dissimuler une fraude. Qu'il n'était pas son supérieur hiérarchique.

JH reconnaît qu'il a mérité d'être viré.

L'avocat de la défense Charles Sherrard assure que JH avait la main sur le compte parapluie de temps en temps. JH a admis avoir manipulé les chiffres dans les livres pour présenter une meilleure performance pour le desk (tchat de janvier 2011). D'après l'avocat, il existait 4 autres comptes similaires au parapluie de KA. JH assure ne pas les avoir connus. L'avocat prétend qu'il peut y avoir encore aujourd'hui d'autres comptes parapluie à UBS.

Suite à la lecture de nombreux mails, JH a répété de ne pas se souvenir, l'avocat l'accusant d'avoir une mémoire sélective. JH a parlé de traumatisme suite à l'arrestation de KA, évoquant un comportement dangereux sur l'autoroute entre Londres et Middlesbrough.

L'avocat a révélé un mail dans lequel le mot encore figure, prouvant selon lui que JH était au courant plus longtemps qu'il ne le dit. JH rétorque qu'utiliser le mot encore ne signifie pas plusieurs mois avant.

L'avocat va plus loin en affirmant que 3 collègues de KA (JH et deux autres plus juniors, ST et CB - qui vont venir témoigner par la suite, soit l'ensemble du desk en fait !) ont participé au comportement frauduleux puis l'ont "poignardé dans le dos". Extrait d'un mail de JH à KA : "So, how did they take the umbrella?" KA a répondu qu'ils étaient "concerned", qu'ils ne savaient pas mais qu'ils étaient "OK".

Un mail de mars 2011 montre que JH a peur que le compte parapluie les fasse tous renvoyer.

- Le Temps, UBS/Procès de l'ex-trader: un collègue a pensé à se suicider, par awp/afp
http://www.letemps.ch/Page/Uuid/ff23bc9c-0923-11e2-a25d-d2527d8177e0/UBS/Proc%C3%A8s_de_lex-trader_un_coll%C3%A8gue_a_pens%C3%A9_%C3%A0_se_suicider#.UGVl365LOsQ

- Business Week, Adoboli Co-Worker on UBS ETF Desk Says Deserved to Be Fired, par Lindsay Fortado and Erik Larson, 27 septembre 2012
http://www.businessweek.com/news/2012-09-27/adoboli-co-worker-on-ubs-etf-desk-says-deserved-to-be-fired

- The Guardian, Adoboli co-operated with fellow traders at UBS who 'stabbed him in the back', 27 septembre 2012
http://www.guardian.co.uk/business/2012/sep/27/adoboli-fraud-trial-cooperation-claim?newsfeed=true

- Financial Times, Adoboli colleague denies using ‘umbrella’, par Daniel Schäfer, 27 septembre 2012
http://www.ft.com/cms/s/0/d315cc7c-08c3-11e2-9176-00144feabdc0.html#axzz27kkiaDPR

- Risk.net, Entire ETF desk knew about hidden profits, court hears, par Miranda Alexander-Webber, 27 septembre 2012
http://www.risk.net/operational-risk-and-regulation/news/2208933/entire-etf-desk-knew-about-hidden-profits-court-hears

- Reuters, Accused UBS rogue trader did not act alone - lawyer, par Estelle Shirbon, 27 septembre 2012
http://uk.reuters.com/article/2012/09/27/uk-ubs-trial-idUKBRE88Q0JS20120927

3) Audience du vendredi 28 septembre 2012

Troisième journée d'audition pour John Hugues, l'ex-collègue de Kweku Adoboli. Le trader a acquiescé aux propos de l'avocat de la défense Charles Sherrard selon lequel le desk ETF était un océan de profit pour UBS, principalement en raison des résultats d'Adoboli. Le desk ETF aurait généré 60 millions de $ de profit au premier semestre 2011 contre 11,5 en 2010. Selon la défense, impossible de générer de tels gains sans dépasser les limites. Le 6 juin 2011 par exemple, KA avait une position overnight de 175 millions de $. Personne ne l'a stoppé ? Non répondit Hugues.

Au cours d'une journée de trading, le desk est passé d'une perte de 800 000 $ à un gain de 300 000 $, alors que les autres desks étaient à la peine.

L'avocat a cité un courriel dans lequel JH incite KA à soulager une partie du fonds parapluie à l'issue d'une bonne journée de trading, ce qui prouverait selon l'avocat que JH avait commencé à avoir de l'influence sur le fonctionnement du fonds. JH a démenti que ce fonds puisse les aider à gagner des clients et opérer avec plus de confiance.

- Bloomberg, Adoboli’s ETF Desk Became Profit Oasis for UBS: Lawyer, par Erik Larson, 28 septembre 2012
http://www.bloomberg.com/news/2012-09-28/adoboli-s-etf-desk-became-profit-oasis-for-ubs-lawyer.html

- Risk.net, Adoboli’s ETF desk was an ‘oasis of profit’, par Miranda Alexander-Webber, 28 septembre 2012
http://www.risk.net/operational-risk-and-regulation/news/2213334/adoboli-s-etf-desk-was-an-oasis-of-profit