Semaine 9 : du lundi 5 au vendredi 9 novembre 2012

Semaine 1 et 2
http://olivierfluke.canalblog.com/archives/2012/09/24/25173289.html
Semaine 3 du lundi 24 au vendredi 28 septembre 2012
http://olivierfluke.canalblog.com/archives/2012/09/26/25189612.html
Semaine 4 du lundi 1 au vendredi 5 octobre 2012
http://olivierfluke.canalblog.com/archives/2012/10/02/25233470.html
Semaine 5 : du lundi 8 au vendredi 12 octobre 2012
http://olivierfluke.canalblog.com/archives/2012/10/09/25290459.html
Semaine 6 : du lundi 15 au vendredi 19 octobre 2012
http://olivierfluke.canalblog.com/archives/2012/10/16/25348199.html
Semaine 7 : du lundi 22 au vendredi 26 octobre 2012
http://olivierfluke.canalblog.com/archives/2012/10/23/25404299.html
Semaine 8 : du lundi 29 octobre au vendredi 2 novembre 2012
http://olivierfluke.canalblog.com/archives/2012/10/30/25459710.html

Accusé : Kweku Adoboli, 32 ans, dont les positions non-autorisées auraient coûté 2,3 milliards de dollars à UBS ; poursuivi pour abus de position (2) et fraudes comptables (2 puis 4), risque 10 ans de prison pour fraude et sept ans pour fraude comptable, libre sous contrôle judiciaire depuis juin après neuf mois en prison.

Travaillait au département des ETF (Exchange Traded Funds) depuis 2006. Agissements frauduleux depuis octobre 2008. Arrêté le 15 septembre 2011.

Stratégie de défense : plaide non coupable, prétend que trois de ses collègues du desk étaient au courant de ses activités non-autorisées

Président : Mr Justice Keith
procureur : Sasha Wass, Esther Schutzer-Weissmann
avocat : Paul Garlick QC, Charles Sherrard
jury : 12 personnes
audiences : jusqu'au 16 novembre 2012

Ce ne sont pas les points de comparaison qui manquent avec l'affaire Kerviel Société Générale.

Jour d'audience par jour d'audience, le suivi qui se veut le plus complet possible à partir des publications de presse disponibles.

1) Audience du lundi 5 novembre 2012

Suite du témoignage de Kweku Adoboli.

La procureure Sasha Wass a demandé des explications à KA au sujet du mail adressé le 14 septembre 2011 à William Steward, un comptable au back-office d'UBS, dans lequel il écrit qu'il assume l'entière responsabilité de ses actes.

La procureure a lu des retranscriptions de la réunion du 14 septembre 2011 au cours de laquelle KA s'est vu demandé si ce qu'il avait dit était bien la vérité. KA a répliqué lundi 5 novembre que ce qu'il avait alors dit n'était pas vrai.

Par la suite, au cours du procès, KA a affirmé que d'autres collègues de son desk étaient au courant de ses activités.

KA a répliqué que c'était avant que l'accusation le traite de joueur. Il affirme que les mots utilisés dans l'email avaient pour objectif qu'il soit alors le seul responsable, pour protéger ses collègues, le personnel du back-office, et ses managers.

KA prétend qu'il avait été conseillé par les avocats qu'on lui avait fournis que sa déposition initiale avait peu de probabilité d'être crue.

La procureure fait remarquer qu'il ne l'a pas dit non plus à la police à sa première déposition.

Pourquoi a-t-il changé de discours depuis ? KA a répondu qu'il ne pensait pas qu'il serait arrêté, raison pour laquelle il veut raconter la vérité maintenant. Qu'il ne pensait pas alors avoir commis un crime.

La procureur l'a alors traité de menteur méthodique, pesant scrupuleusement ce qui peut être nié, ce qui peut être prouvé.

La procureure Sasha Wass a indiqué que KA n'était pas capable de vivre de son salaire énorme parce qu'il ne pouvait s'empêcher de parier personnellement. 123 000 livres sterling perdus l'année précédant son arrestation, pour un salaire de 110 000 livres et un bonus 2010 de 129 000 livres.

KA a nié, expliquant qu'il dépensait également de l'argent pour aider se mère et sa famille au Ghana, ses soeurs en Grand-Bretagne et aux Etats-Unis. Pour régler son loyer également.

KA a indiqué que les paris étaient chose courante chez les traders et que cela permettait de garder le contact avec le marché et d'être de meilleurs traders.. KA réfute d'être considéré comme un joueur avec une addiction.

Ses pertes élevés dans les paris seraient arrivés alors qu'il cherchait à récupérer les pertes à UBS. Il dit que sa vie est partie en vrille.

La procureure a terminé son interrogatoire. Au tour de l'avocat de la défense Paul Garlick.

- Efinancialnews, Prosecution ends Adoboli cross-examination, par Vivek Ahuja, 6 novembre 2012
http://www.efinancialnews.com/story/2012-11-06/kweku-adoboli-prosecution-ends-cross-examination?mod=sectionheadlines-PE-IB

- Reuters, UBS "rogue trader" denies he was addicted to gambling, par Estelle Shirbon, 5 novembre 2012
http://news.yahoo.com/lied-protect-colleagues-says-accused-ubs-rogue-trader-151337780--sector.html

- Risk.net, Adoboli lied to UBS investigators and police, court hears, par Alexander Campbell, 6 novembre 2012
http://www.risk.net/operational-risk-and-regulation/news/2222544/adoboli-lied-to-ubs-investigators-and-police-court-hears

2) Audience du mardi 6 novembre 2012

Suite et fin du témoignage de Kweku Adoboli. Fin de son interrogation par l'avocat de la défense Paul Garlick.

KA a nié avoir été soulagé lorsqu'il a découvert l'ampleur de ses pertes latentes de 2,3 milliards de dollars le 11 août 2011. KA affirme avoir demandé de l'aide à son collègue John Hugues. Qui lui aurait dit de s'enfuir au Ghana et de s'expliquer de là-bas.

Le jury a pris connaissance d'un texto envoyé par KA à sa petite amie le 14 septembre 2011 dans lequel il dit qu'il y a un problème avec sa version selon laquelle il a agi seul, cela ne tient pas la route. Il était alors interrogé au sein d'UBS. KA aurait écrit que la banque ne croyait pas au fait qu'il ait pu agir seul, qu'il y avait des petites parcelles de preuves qui finiront par faire éclater cette version. Sa petite amie aurait répondu qu'il est impensable qu'il ait pu faire ça tout seul, lui demandant de ne pas mentir.

Selon KA, ces messages signifiaient qu'il devrait en dire plus sur l'implication d'autres personnes.

La procureure Sasha Wass a infirmé les propos qu'elle a tenus plus tôt lorsqu'elle avançait que KA avait fabriqué des textos pour aider sa défense. A la place, elle a affirmé qu'on ne peut vérifier leur véracité.

Des enregistrements téléphoniques retranscrits montrent que KA dit avoir été énervé parce que ses collègues du desk l'ont lâché. Il a cité des textos au sujet d'une rencontre dans un bar le 12 septembre 2011, rencontre niée par ses trois autres collègues, John Hughes, CB et ST.

KA a essuyé des larmes à la fin de son témoignage à la vue d'une photographie de lui avec ses autres collègues du desk ETF.

- Le Temps, Trader d’UBS: escroc ou victime ?, par Anissa El Jabri, 7 novembre 2012
http://www.letemps.ch/Page/Uuid/97adfe28-2855-11e2-be04-7829cf91cbe1/Trader_dUBS_escroc_ou_victime#.UJo-jGfPysQ

- Bloomberg, Adoboli Says Initial Lie He Acted Alone Shouldn’t Hold Up, par Erik Larson, 6 novembre 2012
http://www.bloomberg.com/news/2012-11-06/adoboli-says-initial-lie-he-acted-alone-shouldn-t-hold-up.html

- Risk.net, Adoboli’s defence closes its case, par Miranda Alexander-Webber, 6 novembre 2012
http://www.risk.net/operational-risk-and-regulation/news/2222856/adoboli-s-defence-closes-its-case

 - Financial News, Adoboli jury awaits closing statements, par Vivek Ahuja, 7 novembre 2012 http://www.efinancialnews.com/story/2012-11-07/kweku-adoboli-trial-jury-awaits-closing-statements

3) Audience du jeudi 8 novembre 2012

Réquisitoire de l'accusation par la procureure Sasha Wass.

La procureur estime que la défense de Kweku Adoboli a été ridicule. Les pertes n'ont pas été un accident mais le résultat de transactions non couvertes, planifiées et intentionnelles. Les pertes de trading les plus élevées historiquement dans l'industrie bancaire britannique.

Selon elle, KA a menti pendant près de 3 ans jusqu'en septembre 2011.

Elle pense qu'il y a pas de preuve montrant que le même système était utilisé par d'autres traders à UBS. Selon elle, KA pouvait appeler un témoin pour le soutenir, mais aucun témoin n'est venu.

Pourquoi envoyer le mail d'aveu le 14 septembre 2011 si la banque savait ?

Le fait de cacher est la preuve de malhonnêteté.

Sasha Wass trouve comique le fait que John Hugues ait pu être le superviseur d'Adoboli, comme la défense l'a prétendu. Selon elle, le leader c'était plutôt KA, alors que John Hugues était flemmard, avec une personnalité faible, et quittant le bureau à 5 heures.

La procureur considère que les actes de Kweku Adoboli ont été quasiment identiques à ceux de Jérôme Kerviel. Comment est-il possible qu'avec cette affaire Kerviel révélée précédemment que Kweku Adoboli puisse penser que son comportement était honnête et acceptable ?

- Financial News, Prosecution dismisses 'ridiculous' Adoboli defence, par Vivek Ahuja, 8 novembre 2012
http://www.efinancialnews.com/story/2012-11-08/prosecution-closing-statement-kweku-adoboli-case

- Reuters, Adoboli made UK's largest trading loss - prosecutor, par Estelle Shirbon, 8 novembre 2012
http://uk.reuters.com/article/2012/11/08/uk-ubs-trial-idUKBRE8A70X220121108

- New York Times, Ex-UBS Trader Accused of ‘Playing God’ With Bank’s Money, par Mark Scott, 8 novembre 2012
http://dealbook.nytimes.com/2012/11/08/ex-ubs-trader-accused-of-playing-god-with-banks-money/

- Risk.net, Prosecution delivers closing speech in Adoboli trial, par Miranda Alexander-Webber, 8 novembre 2012
http://www.risk.net/operational-risk-and-regulation/news/2223546/prosecution-delivers-closing-speech-in-adoboli-trial

4) Audience du vendredi 9 novembre 2012

Fin du réquisitoire de l'accusation par la procureure Sasha Wass. Qui qualifie Kweku Adoboli d'arrogant, de malhonnête, de menteur. Elle estime que KA tente de s'appuyer sur la mauvaise opinion sur les banques pour se défendre. Elle n'est pas là pour défendre les banquiers mais pour en condamner un d'entre eux. Demande au jury de condamner Kweku Adoboli.

Plaidoirie de la défense : Charles Sherrard.

L'avocat a dénoncé les allégations outrancières selon lesquelles Kweku Adoboli s'est inventé une fausse défense et a manipulé l'évidence. Selon la défense, KA a menti au bureau pour protéger les trois autres traders du desk ETF. Ces mêmes anciens collègues qui souffrent d'amnésie assure-t-il.

L'avocat a posé la question au jury : n'est-ce pas un petit peu trop, évoquant la comparaison par la procureure avec des pédophiles et des violeurs qui admettent leurs crimes et ensuite critiquent leurs victimes.

L'avocat a qualifié son client de bouc-émissaire à UBS. Il considère que le actions de la banque sont typiques d'une industrie encline seulement à faire de l'argent, mettant une pression énorme sur les traders pour générer des profits. Il a fourni une liste de rogues banques, chute de Lehman Brothers, soutien d'UBS par le gouvernement suisse, Northern Rock, l'affaire du Libor à Barclays.

L'avocat assure que plusieurs niveaux de management étaient au courant de l'activité de son client mais qu'ils ne l'ont pas arrêté parce qu'il faisait des profits. Il était impossible de générer 6 millions de dollars de gains dans une seule journée sans dépasser massivement les limites de risque. A la fin a-t-il perdu le contrôle et s'est-il trompé ? Oui et il s'en est excusé.

Charles Sherrard a reconnu que son client avait menti à des salariés d'UBS, mais que c'était pour se donner du temps pour enrayer les pertes.

Selon lui, tout le desk travaillait en équipe, d'autres recourant au compte parapluie pour couvrir leur activité de trading. L'avocat a ciblé l'ancien collègue de KA John Hugues, qui a feint de ne pas se souvenir de certaines choses tout en pouvant s'en remémorer d'autres. Si tout le desk est au courant, alors cela ne tient pas avec le plan de jeu de l'accusation qui consiste à faire passer son client pour un rogue trader.

Son client n'a pas non plus joué l'argent de la banque pour son propre compte, citant des extraits d'évaluations qui le décrivaient comme travailleur et humble.

Comment la banque ne pouvait pas voir 12 milliards de dollars d'exposition en août 2011 ? Selon l'avocat, il est impossible que la banque ne soit pas au courant. Même si l'exposition nette était diminuée par l'exposition fictive, l'exposition brute n'était pas cachée.

Pendant deux ans et neuf mois il a réalisé des profits et pendant trois mois il a fait des pertes. Alors là c'est devenu un crime.

- Bloomberg, Adoboli Blamed for UBS Layoffs, Bad Reputation, Lawyer Says, par Erik Larson, 9 novembre 2012
http://www.bloomberg.com/news/2012-11-09/adoboli-blamed-for-ubs-layoffs-bad-reputation-lawyer-says.html

- New York Times, Adoboli, Ex-UBS Trader, Called Scapegoat for Bank’s Woes, par Mark Scott, 9 novembre 2012
http://dealbook.nytimes.com/2012/11/09/jury-is-told-ex-ubs-trader-was-made-a-scapegoat-for-banks-woes/

- Bloomberg, Adoboli Encouraged by UBS Superiors to Exceed Limit, Lawyer Says, par Erik Larson, 9 novembre 2012
http://www.bloomberg.com/news/2012-11-09/adoboli-blamed-for-ubs-layoffs-bad-reputation-lawyer-says.html

- Le Temps, L’avocat de Kweku Adoboli accuse UBS d’avoir fermé les yeux, par Eric Albert
http://www.letemps.ch/Page/Uuid/e87d823a-2aa1-11e2-a2c0-14d6685ecc15/Lavocat_de_Kweku_Adoboli_accuse_UBS_davoir_ferm%C3%A9_les_yeux#.UKDcaGfPysQ

- Financial News, Defence rebuts 'outrageous' Adoboli charges, par Richard Partington, 9 novembre 2012
http://www.efinancialnews.com/story/2012-11-09/kweku-adoboli-trial-defence-closing-statement

- Risk.net, Adoboli did not try to hide rogue trades, defence tells court in closing, Jessica Meek, 9 novembre 2012
http://www.risk.net/operational-risk-and-regulation/news/2223845/adoboli-did-not-try-to-hide-rogue-trades-defence-tells-court-in-closing

- Reuters, UBS trader relying on public dislike of banks, jury told, par Estelle Shirbon, 10 novembre 2012
http://nz.news.yahoo.com/a/-/world/15346290/hostility-to-banks-no-excuse-for-ubs-trader/